Grisoni Renato

Compositeur
Grisoni Renato
Description

* 1922 +2012

Renato Grisoni est né a Preglia, au nord de Domodossola/VB, le 29 juin 1922. Il a commence ses études musicales avec le Maître aveugle Pietro Acquardo, bon organiste et pianiste, ainsi que vertueux harmoniste et contrepointiste, au collège Rosminiano de Domodossola. En 1940, après avoir été reçu aux examens du cour inférieur de composition au Conservatoire de Turin en tant que candidat libre, il abandonne les études techniques à Intra-Verbania, pour se consacrer complètement à la musique. En 1942 il est appelé aux armes et envoyé à Casale Monferrato dans l’artillerie antiaérienne. Cette année-là il obtient le diplôme d’instrumentation de Harmonie au Conservatoire de Piacenza. En 1943, à cause de problèmes de vue, il est congédié du régiment et retourne à Domodossola, où il obtient le poste d’organiste da le Collégiale. Il continue donc ses études avec deux très bons musiciens : Giulio Ruminelli (élève de Bruno Mugellini) et, pour peu de temps, Enrico Piazza. En Octobre 1944 il est obligé de s’enfuire en Suisse pour se soustraire aux persécutions des nazis. Une fois la guerre finie, il reprend ses études de piano et de composition (en se rendant à Milan) guidé par Pietro Montani et Constante Adolfo Bossi. Pour vivre il effectue le travail d’organiste, de directeur de chœur et de critique musical pour plusieurs journaux comasques et du canton du Tessin. En 1953, deux œuvres sont exécutées dans un concert dans le Centre d’Etude Français et d’Information de Milan. En 1957 il commence à enseigner dans les écoles cantonales du Tessin, finissant sa carrière scolaire en tant qu’expert pour l’enseignement de l’éducation musicale du canton du Tessin. Vers 1950 il commence à collaborer avec la radio de la Suisse italienne poursuivant cette activité jusqu’en 1970. En 1962, il obtient la nationalité suisse, fixant sa demeure à Lamone près de Lugano. Dans les œuvres de Grisoni l’attention vers une sincère communicabilité est prioritaire et son côté sentimental ne doit être entendu de façon romantique, mais de la façon la plus authentique, c’est-à-dire comme l’expression d’un cœur sincère, vibrant mais pas facilement exaltant, passionnée ou euphorique, préférant se manifester avec simplicité et clarté, de façon que toute les âmes sensibles en puissent capter la grande humanité.

Oeuvres
- 24 Preludi op. 1
- Bagatella op. 78
- Ballata II per due flauti e pianoforte
- Ballata per orchestra, op. 106
- Ballata, op. 106
- Benedic, anima mea, Domino (Salmo 102), op. 95
- Cantata profana II
- Cantico di Frate Sole, op. 65
- Cantico II, op. 75
- Cantico III
- Capriccio
- Capriccio
- Capriccio
- Capriccio per trombone e piano
- Carmen pro Carmina
- Ceresio ‘47, op. 18
- Concentus aestivus, op. 23
- Concentus laetus, op. 38
- Concentus tertius, op. 25
- Concentus venatorius, op. 24
- Concertino per 4 corni, op. 12
- Concerto, op. 98
- Danze d‘Italia, op. 39
- Danze d‘Italia, op. 39b
- Dialoghi fra chitarra e violino op. 84
- Divertimento (tritematico), op. 14
- Divertimento per clarinetto e grande orchestra, op. 47
- Divertimento, op. 36
- Domanda
- Erinnerung an Meyerbeer
- Exaltabo te Deus (Salmo 144)
- Exaltabo te Deus (Salmo 144)
- Fuga e postludio per salterio e pianoforte op. 97 No. 2
- Il gran grido
- Il tesoro
- Il Vangelo
- Inno alla Provvidenza
- La Pentecoste per organo, op. 76
- Lauda estiva op. 73
- Lauda mattutina, op. 67
- Lauda notturna, op. 66
- Lauda per l‘ora sesta
- Lauda per l‘ora sesta
- Lauda per Lia op. 63
- Lauda primaverile
- L‘epopea ossolana
- Le sagre di Tappia
- Le sette parole del Signore in croce
- Levavi oculos (Salmo 121), op. 96
- Messa breve, op. 29
- Miniatures sur des gammes enigmatiques, op. 99
- Omaggio a Rossini: Capriccio op. 44
- Oratorio in memoria di Frate Francesco
- Pacem in terris
- Passacagli aper orchestra, op. 107 bis
- Passacaglia op. 107 c
- Passacaglia per organo a 4 mani, op. 107
- Pezzi brevi per giovani pianisti
- Preghiere
- Preludio e fuga per due salteri, op. 97
- Preludio, Fuga e Postuldio per violino e contrabbasso
- Proelium Creulae
- Proelium Creulae
- Rapsodia italiana, op. 50
- Salmo 150, op. 83
- Salmo XXIII per clarinetto e organo, op. 80
- Scherzo op. 105
- Schizzi e Ricercari op. 88, 89, 93
- Sees tock, Musica concertante, op. 55
- Sequentiae
- Sette sigle per giovani pianisti
- Sinfonia elvetica (tritematica)
- Sinfonia italica
- Sinfonia mediterranea
- Sinfonia neoclassica, op. 16
- Sinfonietta per violino, chitarra e violoncello, op. 110
- Sisinedie
- Sonata in Si minore op. 2
- Sonatina e Bagattella per viola sola
- Sonatina e toccata per salterio, op. 94 No. 2 e No. 3
- Sonatina in trio, op. 43
- Sonatina op. 22
- Sonatina per orchestra d'archi, op. 10
- Sonatina, op. 87
- Suite ellenica
- Suite elvetica
- Suite lirica, op. 81
- Suite per i solisti di Pesaro, op. 30
- Sul Monte
- Te Deum laudamus, op. 85
- Tre arie da -Cantata profana-
- Trenta giorni di nave a vapore
- Trio per violino, violoncello e pianoforte, op. 92
- Via Crucis per quartetto di ottoni, op. 101



 
©2009 Pizzicato Verlag Helvetia | Design by digital-art.ch